Spinalonga 

L’île des lépreux (1904-1957)Modifier

Spinalonga a servi de lieu d’enfermement des lépreux de 1904 à 1957. Auparavant, ceux-ci vivaient dans des meskiniès ou leprochoria, des quartiers misérables, en dehors des villes crétoises. Le , le parlement crétois adopte la loi 375 qui prévoit l’arrestation de tous les lépreux de Crète et leur déportation vers Spinalonga. L’île était alors encore habitée par près de1 200 habitants turco-crétois, qui sont forcés de quitter les lieux. « Aux avantages pécuniaires d’un lieu qui ne nécessitait aucun aménagement – les lépreux occuperaient les habitations des anciens propriétaires –, s’ajoute un choix politique. Même si le fort ne présente plus aucun intérêt militaire, le gouvernement crétois ne voit pas d’un bon œil cette concentration ottomane dans Spinalonga. Jouant sur le sentiment nationaliste, il va, par sa décision, réussir une double opération : expulser ces intrus pour le plus grand profit de la population régionale et loger à bon compte les lépreux desmeskiniès. »

L’enfermement des lépreux est vu essentiellement comme une mesure sanitaire pour protéger les gens sains. Il n’y a en effet aucun traitement disponible au début duxxe siècle et le mode de transmission est encore inconnu. La maladie était considérée à tort comme très contagieuse et les lépreux comme des victimes d’une malédiction, qu’il fallait cacher. Pendant plus de cinquante ans, il y a eu à Spinalonga de 300 à 500 personnesenfermées, privées de citoyenneté et rayées des registres de naissance. Parmi les lépreux, vivaient également des épouses non-atteintes, qui avaient suivi leur mari, une trentaine d’enfants nés de ces unions, dont la plupart n’ont pas été atteint par la lèpre. Lors de l’évacuation de l’île dans les années cinquante, il s’est avéré que plusieurs prétendus lépreux, n’étaient pas atteints de la lèpre, mais notamment de maladies de peau.

L’île a servi de lieu d’enfermement des lépreux, mais on ne peut parler de léproserie, car ils ne bénéficiaient d’aucun soin digne de ce nom. La situation sanitaire y était dramatique. Dans un courrier adressé au ministère de la Santé en 1926, le nomarque (maire) de l’époque, K. Anagnostakis décrit les taudis et la misère dans lesquels vivent quelque 250 individus. « Les citernes sont extrêmement sales et non seulement impropres à fournir un liquide potable, mais même l’eau nécessaire à la lessive des vêtements. »

Contre cet abandon, les habitants de Spinalonga s’organisent. Ils recréent une vie de village, avec école, épicerie, boulangerie, cafés, barbier, etc. Ils exigent de l’administration des aménagements sanitaires et des soins médicaux. Mais ils reçoivent davantage de l’aide de fondations privées que de l’administration grecque. Au sein de cette communauté de laissés pour compte, Epaminondas Remoundakis, un des rares éduqués, se démène pour que les déportés prennent eux-mêmes leur sort en mains. Il met sur pied la « Fraternité des malades de Spinalonga ». « Il faudra des grèves de la faim, des pétitions, des visites de médecins étrangers, des scandales pour que les autorités grecques se préoccupent des lépreux. Il faut dire que la Deuxième Guerre mondiale puis la guerre civile ruinent le pays qui affronte d’autres difficultés. »

Contrairement aux instructions de l’administration grecque, les lépreux de Spinalonga ont toujours maintenu des contacts avec les habitants de la région. Bénéficiaires d’une rente, les lépreux achetaient, souvent à prix excessifs, les denrées alimentaires des paysans de la région. Et l’existence de cette rente a incité de nombreux habitants de la région à demander aux lépreux de devenir le parrain de leur enfant, ce que les lépreux acceptaient volontiers, tant était grand leur désir de maintenir des liens avec le reste du monde.

En avril 1957, l’île cesse de fonctionner comme léproserie nationale et les malades sont petit à petit transférés vers l’institution d’Agia Varvara près d’Athènes. Le dernier habitant de Spinalonga, un pope, y aurait vécu jusqu’en 1962.

Bien que guéris, une bonne partie des habitants de Spinalonga ne peuvent rentrer dans le village, où ils sont rejetés par leur famille et toujours considérés comme lépreux. Ils reconstituent alors une communauté à Agia Varvara.

Publicités

Qui n’a jamais eu se problème quand on fait des photos en vacances de se dire mais bon sang les touristes peuvent pas se pousser!!! J’ai trouvé cette astuce et je trouve sa super bien.

 

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑